01 45 02 04 04

01 45 02 04 05

Génération Y et achat immobilier, la fin d’un rêve ?

Posté le : 01/05/2017

Selon la dernière étude de la banque HSBC consacrée au sujet, près des deux cinquièmes (41%) de la génération Y sont propriétaires de leur logement, et plus de deux tiers de ceux qui ne le sont pas encore (69%) espèrent le devenir dans les cinq années à venir.
En France, malgré une légère augmentation du prix de l’immobilier et une croissance réelle des salaires estimée à 1.5% en 20172, 59% des non-propriétaires de la Génération Y estiment que leur salaire n’est pas suffisamment élevé pour réaliser ce projet.
Conséquences directes, 53% des personnes de la Génération Y ayant l’intention de devenir propriétaires n’ont pas encore suffisamment épargné pour constituer un apport, et 39% n’ont pas les moyens de s’offrir le type de bien dont ils rêvent.

Planification budgétaire
La Génération Y en France est assez bien préparée quand il s’agit de planifier le financement de son projet immobilier.
Parmi ceux qui ne sont pas propriétaires mais ont l’intention de le devenir dans les deux ans, 82 % ont une idée, plus ou moins précise, du budget nécessaire et seulement 18% n’en n’ont aucune idée.

Dépassement budgétaire
Ainsi, il n’est pas surprenant de constater que 41% de la Génération Y ayant acheté un logement ces deux dernières années ont dépensé plus que le budget prévu.Cette génération est disposée à faire des sacrifices pour s’offrir un bien immobilier.
Plus des deux cinquièmes (44%) de la Génération Y ayant l’intention d’acheter un bien consentiraient à réduire leurs dépenses loisirs et sorties, 20% seraient prêts à acheter un bien plus petit que prévu, 19% envisageraient de repousser leur projet d’avoir des enfants, 12% considèreraient la possibilité d’acheter en dehors de leur zone de prédilection. 9% pourraient même louer une pièce de leur logement pour les aider dans leurs remboursements.

Banque des parents
L’aide financière apportée par les parents n’est pas négligeable dans la constitution d’une épargne destinée à un projet immobilier. Plus d’un quart (26%) des nouveaux propriétaires de la Génération Y se sont adressés à leurs parents pour constituer leur financement.
En outre, plus d’un propriétaire sur dix (14%) est reparti vivre chez ses parents dans l’intention de mettre de l’argent de côté et de se constituer un apport.
Les parents sont une fois de plus sollicités lorsque les nouveaux acquéreurs de la Génération Y s’aperçoivent que le budget initialement prévu sera dépassé. Ils sont presque un sur sept (7%) à avoir emprunté auprès de leur famille pour faire face aux dépenses imprévues.

La place que tient le logement est en pleine évolution puisque le domicile devient à la fois un espace de vie et de travail.

Plus de deux cinquièmes (43%) de la Génération Y travaillent depuis leur domicile et presqu’un tiers (29%) souhaiterait pouvoir le faire, tandis que chez la Génération Baby-Boom, la part s’élève respectivement à 32% et 17%.