01 45 02 04 04

01 45 02 04 05

Le marché des châteaux retrouve de la majesté

Posté le : 28/10/2019

Selon Barnes, depuis quelques mois, une clientèle importante et diversifiée manifeste à nouveau son intérêt pour l’achat de petits châteaux en France.

La vie de château peut commencer à 600 000 euros ! Pour ce prix, qui permet sinon d’entrer dans les murs d’un trois pièces à Paris, il est non seulement possible d’accéder à des centaines de mètres carrés, mais aussi à un domaine de 10 à 15 hectares. Un tel constat n’a pas échappé à un nombre croissant de couples. Leurs aspirations ne sont plus liées à une vie citadine, les outils numériques favorisent le travail à distance : ils sautent le pas, entre 45 et 55 ans, et la conjoncture les sert bien car « incontestablement, Selon le réseau Barnes, spécialiste de ce type de biens, le marché des châteaux se trouve actuellement à son plancher. Le secteur sort d’une mauvaise passe qui a commencé en 2008 et s’est poursuivie jusqu’en 2015. La crise financière internationale avait entraîné dans son sillage des remous politiques, économiques. L’hésitation généralisée avait provoqué un allongement des délais de vente. Les prix s’étaient mis à baisser sans que, pour autant, l’aubaine ne réveille une demande.

Une clientèle internationale s'intéresse à nos chateaux

Mais, toujours selon Barnes, depuis quelques mois, une clientèle diversifiée manifeste à nouveau son intérêt. Elle est internationale : l’art de vivre à la française est apprécié aussi bien des Américains que des Russes, des Chinois que des Européens du Nord. Viennent s’ajouter des acquéreurs français dont la baisse de la moyenne d’âge est notable. Les circonstances leur sont actuellement d’autant plus favorables que l’offre est pléthorique. Comme l’explique Bertrand Couturié, directeur de BARNES Propriétés et Châteaux, « sachant que notre pays compte 36 000 communes et que chacune ou presque compte un château, voire plusieurs, il est donc raisonnable d’estimer qu’il y en a entre 40 000 et 50 000 en France ». Si les premiers prix peuvent démarrer bas, la moyenne se situe plutôt entre 1 et 3 millions d’euros. Tout dépend de l’état général de la propriété, de l’étendue de son terrain de la proximité d’une gare TGV ou d’une entrée d’autoroute. En fonction de ces critères, il est possible de donner sa préférence à un bastion, une forteresse, des manoirs, des gentilhommières ou des logis seigneuriaux. Ils sont généralement situés dans des régions rêvées, comme l’Ile-de-France, le Périgord, la vallée de la Loire, la Provence, la Bourgogne, la Sologne, la Normandie et la Bretagne. Un amendement récent voté au parlement visant à sortir le petits châteaux de l’IFI (Impôt sur la fortune) devrait donner un motivation supplémentaire aux invesitsseurs.