Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h

Un seul billet train + avion : quelles conséquences pour les passagers ?

11/07/2022
Thumbnail [16x6]

Sans droit européen commun à tous les modes de transport, les passagers doivent impérativement, lors de la réservation du voyage, prendre connaissance des conditions de voyage.

 

Dès le 1er août, la Deutsche Bahn deviendra la première société ferroviaire à intégrer un groupement de compagnies aériennes. En entrant dans ce cercle fermé, le transporteur allemand prendra le relais des 26 compagnies de la Star Alliance pour permettre aux clients de rallier, en train, l'aéroport de Francfort depuis Munich, Berlin ou encore Hambourg, et inversement. Sans droit européen commun à tous les modes de transport, les passagers doivent impérativement, lors de la réservation du voyage, prendre connaissance des conditions d'enregistrement, de prise en charge des bagages et des recours en cas de problème. Les explications du Centre Européen de la Consommation.

En France, il est déjà possible, depuis une vingtaine d’années, d’acheter un billet combiné. C’est-à-dire comprenant un trajet en train, assuré par la SNCF, et un autre en avion, avec Air France, pour rallier la destination finale.
Les liaisons ferrées remplacent les vols intérieurs.
 

Pour un voyage Strasbourg-New York via Paris par exemple, le trajet en France pourra être proposé en train.  
Il faudra alors se rendre au comptoir SNCF en gare (entre 24h et 20 min avant le départ du train) muni du billet d’avion pour récupérer le titre de transport du train puis le composter. En revanche, les bagages ne seront pris en charge qu’à l’aéroport de Paris et non à la gare de départ.

Fribourg - Athènes via Francfort en train puis en avion

 

Le 1er août prochain, la Deutsche Bahn (DB) va devenir le premier transporteur ferroviaire membre d’un regroupement de compagnies aériennes. Les clients des 26 compagnies membres de la Star Alliance commenceront ou termineront leur voyage par voie ferrée sans avoir à acheter un billet supplémentaire. Ils pourront, par exemple, rejoindre Francfort depuis Fribourg-en-Brisgau dans un train de la DB puis décoller vers Athènes avec une réservation prise sur le site de la compagnie grecque Aegean Airlines. L’enregistrement se fera en ligne 23h à 15 min avant le départ du train. Une carte d’embarquement unique sera alors remise.
 

Cette interopérabilité à plus grande échelle est une bonne nouvelle pour la planète puisque plus de train veut dire moins d’avion et donc moins de pollution.  Néanmoins aucune liaison ferroviaire transfrontalière n’est, pour l’instant, prévue dans cette nouvelle formule. Un client embarquant à Francfort mais partant, par exemple, de Strasbourg, Nancy ou Metz devra réserver un billet de train via une compagnie ferroviaire ou prendre un bus.
 
Le droit de voyager sur le vol suivant en cas de retard du train

 

Cette nouvelle collaboration s’appuiera sur l’un des partenariats déjà existants avec la Lufthansa : le Lufthansa Express Rail. Les passagers prendront la direction de Francfort depuis les gares de 24 villes allemandes avant de s’envoler vers le monde entier. 

 

Comme avec Air France, une place est automatiquement réservée dans l’avion suivant si un passager manque son vol à cause du retard ou de l’annulation du train. Une garantie inscrite dans les conditions générales de transport qui n’existe pas si le consommateur a acheté un billet d’avion et un ticket train séparément (Rail & Fly).
Cette combinaison est souvent choisie par les tours opérateurs et les agences de voyage dans le cadre d’un voyage à forfait car plus flexible. Des organisateurs responsables du replacement des passagers en cas de correspondance manquée si l’achat du billet de train est compris dans les prestations. 

Pas de droit européen commun à tous les modes de transport

 

L’Union européenne garantit distinctement des droits pour les passagers ferroviaires et d’autres pour les usagers de l’aérien. Mais il n’existe pas de législation commune à l’avion et au train.
 

En l’absence de texte régissant l’ensemble des modes de transports, rien n’assure au consommateur un remboursement du billet et une compensation prenant en compte la totalité du trajet. Il est toutefois conseillé de faire la demande à la compagnie aérienne puisque c’est auprès d’elle que le billet combiné a été acheté.
Pour mettre fin à ce flou juridique, le Centre Européen de la Consommation appelle donc de ses vœux la création d’un droit européen des passagers commun à tous les modes de transport. Cette nouvelle réglementation permettrait de garantir un ensemble de droits solides pour les usagers.

 

En cas de problème entre un passager français et une compagnie allemande ou d’un autre pays de l’Union européenne, le Centre Européen de la Consommation et le Centre Européen des Consommateurs France sont compétents pour apporter une aide à la résolution du litige à l’amiable.